La nouvelle a fait l’effet d’une bombe jeudi soir dans le monde économique et judiciaire liégeois. François Fornieri, patron du groupe pharmaceutique Mithra, ex-président du comité de nomination et de rémunération de Nethys et l’une des personnalités les plus influentes de la Cité ardente, a été placé sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction liégeois Frédéric Frenay avec arrestation immédiate. L’information a été dévoilée jeudi soir par nos confrères du groupe Sud Presse. Le procureur général du parquet de Liège Christian De Valkeneer a ensuite confirmé l’information à La Libre. Le CEO de Mithra a passé la nuit à la prison de Lantin. Il pourrait y rester jusqu'à sa comparution en chambre du conseil, mardi prochain. Selon les premières informations, Christophe Maréchal vient d'être nommé CEO en intérim de Mithra et exercera donc les fonctions François Fornieri à partir de maintenant.

On le sait, François Fornieri (lire notre édition précédente) était, depuis mercredi matin, auditionné dans les locaux de la police judiciaire fédérale, à Liège. Des rumeurs avaient alors circulé au sujet de perquisitions menées par la justice. "M.Fornieri est entendu dans le cadre de l’affaire Nethys. Tel est aussi le cas d’autres anciens administrateurs de Nethys. Ces auditions s’inscrivent dans la suite normale de l’enquête. Comme il s’est toujours attaché à le faire, M.Fornieri veille à apporter tous les éléments utiles à l’enquête. Il regrette une nouvelle fois la publicité donnée à des devoirs d’enquête couverts par le secret de l’instruction", avait expliqué mercredi matin son cabinet d’avocat, démentant alors l’existence de telles perquisitions. Me Philippe Culot, son avocat, a précisé jeudi soir à La Libre que son client "niait tous les faits qui lui étaient reprochés" et qu’il estimait "avoir apporté toutes les réponses aux questions que les enquêteurs lui avaient posées".

Plusieurs dossiers en cours

Le juge d’instruction liégeois Frédéric Frenay a donc fortement accentué la pression ce jeudi sur l’homme d’affaires liégeois qu’il a inculpé du chef de détournement par personne exerçant une fonction publique et d’abus de biens sociaux. Son arrestation laisse penser que le juge veut éviter les risques de collusion avec d’autres personnes impliquées dans le dossier qui pourraient être prochainement entendues par les enquêteurs.

Le nom de François Fornieri, qui fût il y a tout juste dix ans désigné comme "Manager de l’Année", apparaît dans plusieurs dossiers judiciaires en cours, instruits donc par le juge Frédéric Frenay, l’Office central de répression de la corruption et la police judiciaire fédérale.

L’arrestation de l’homme fort de Mithra, actionnaire par ailleurs de nombreuses sociétés dans la région liégeoise, serait liée à son rôle d’ancien président du comité de nomination et de rémunération de Nethys. Dans le collimateur de la justice, les plantureuses primes et autres indemnités - on évoque le chiffre de plus de 11 millions d’euros - touchées par le top management et Stéphane Moreau, l’ex-homme fort de Nethys, en dépit des règles très strictes imposées par un décret wallon fixant une limite aux rémunérations des dirigeants de l’intercommunale liégeoise. Depuis quelques mois, François Fornieri crie, lui, à l’acharnement. "J’ai consulté mes avocats car je songe à porter plainte contre X. On salit ma réputation et cela nuit à la société Mithra (NdlR : dont le cours de bourse a été mis sous pression mercredi suite aux derniers épisodes judiciaires). Mais je ne compte pas me laisser faire et, s’il le faut, je demanderai des réparations", avait-il d’ailleurs déclaré.

La mise sous mandat d’arrêt de François Fornieri n’est probablement que le début d’une longue saga judiciaire, dont on va sans doute beaucoup parler à Liège.