Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) a été interrogé mercredi en commission parlementaire de la Chambre par les députés de l'opposition Georges Gilkinet (Ecolo), Ahmed Laaouej (PS) et Nabil Boukili (PTB) au sujet des Dubaï Papers, cette affaire de fraude fiscale présumée impliquant le prince belge Henry de Croÿ (acquitté par la cour d'appel de Liège en 2015), révélée en Belgique par Paris Match.

Les parlementaires voulaient connaître l'état d'avancement de l'information judiciaire, le service chargé de cette enquête, savoir si l'Etat belge allait se porter partie civile et si un juge d'instruction avait été désigné.

Une enquête "approfondie" sera menée

Le ministre Geens a répondu que "le parquet fédéral a adressé une décision d'enquête européenne au parquet national financier en vue d'obtenir copie des pièces pertinentes à propos des organisations et des clients. L'Office central de la lutte contre la délinquance économique et financière est chargé de cette enquête et traitera ce dossier prioritairement. Dès lors, une enquête circonstanciée et approfondie sera menée".

Koen Geens a indiqué qu'aucun juge d'instruction n'a été désigné.

Il a aussi précisé qu'"un magistrat fédéral s'est déplacé à Paris et une rencontre a eu lieu le 13 septembre 2019 dans les locaux du parquet national financier. Les documents utiles seront transmis aux autorités judiciaires belges, dès qu'une expertise informatique aura pu isoler tous les renseignements concernant la Belgique".

Quant à la question d'une constitution de partie civile par l'Etat belge, Koen Geens estime que la réponse appartient au ministre des Finances, Alexander De Croo (Open VLD). Le député Georges Gilkinet a fait savoir qu'il avait déposé une question parlementaire à ce sujet au ministre De Croo, "en espérant que le ministre agira".