Judiciaire Le rapport que rend la commission de surveillance d’Ittre peut s’appliquer aux autres prisons. Appel lancé aux politiques.

Que se passe-t-il derrière les barreaux ? Pour en avoir le cœur net, des citoyens bénévoles (avocats, médecins, professeurs, anciens magistrats…), qui composent les commissions de surveillance, se rendent régulièrement dans les 35 prisons belges. Ils y exercent un contrôle indépendant sur le traitement réservé aux détenus et sur le respect de leurs droits. La commission de surveillance de la prison d’Ittre - une maison de peine pour hommes qui héberge 422 condamnés - vient de rendre son rapport de fin de mandat au nouveau Conseil central de surveillance pénitentiaire*. Conditions matérielles de détention, régime et activités, problèmes de santé, ordre et sécurité : l’établissement pénitentiaire a été scruté au peigne fin par les commissaires.

(...)