Le Comité P a ouvert une enquête après avoir reçu une plainte de Belgian Youth against Racism (BYAR) quant à l'attitude de certains policiers anversois à la fin de la manifestation Black Lives Matter du dimanche 7 juin, a indiqué vendredi l'organe de contrôle externe à l'organisation. BYAR affirme que la police a été trop brutale, a arrêté des personnes qui n'avaient rien à se reprocher et qu'elle a également embarqué de nombreux manifestants, les entassant dans des bus vers le commissariat, sans tenir compte des distances à respecter dans le cadre de la pandémie.

Ce jour-là, 115 personnes ont été interpellées. Il s'agissait de militants qui s'étaient distanciés du sit-in autorisé sur la Steenplein. Environ la moitié d'entre eux étaient des mineurs.

BYAR s'est dit satisfaite que le Comité P ait ouvert une enquête. L'organisation affirme ne pas penser que les services de police font preuve de violences structurelles, mais plaide pour que les agents soient équipés de caméras corporelles afin d'avoir un contrôle supplémentaire: tant pour les policiers qui feraient usage d'une force injustifiée que pour ceux accusés à tort.