Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), se dit favorable à une dépénalisation de la prostitution. Il l'a déclaré en réponse posée, ce jeudi en séance plénière, par la députée Marianne Verhaert (Open VLD).

La députée libérale a dénoncé la situation vécue par les prostituées, plus problématique encore en cette période de crise sanitaire.

Vincent Van Quickenborne a expliqué être favorable à une dépénalisation et qu’une modification de l'article 380 du Code pénal sera apportée et qu’une proposition dans ce sens sera discutée prochainement au sein du conseil des ministres.

Il estime que la décriminalisation permettra de lutter contre le trafic des êtres humains, la députée Marianne Verhaert a salué cette décision, permettant à "la plus vieille profession du monde d'avoir enfin une place dans notre société".

Le 7 mars dernier, une vingtaine de travailleuses du sexe ont manifesté à Bruxelles afin de réclamer un plan de sortie adapté et un statut clair pour leur secteur.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, elles ont été contraintes de cesser leur activité et nombre d'entre elles n'ont pas bénéficié des mesures de soutien.

"On dénombre en Belgique quelque 30.000 travailleuses du sexe, qui ont dû cesser leur activité depuis mars 2020", expliquait l'une d'entre elles.