Koen Geens ne sera pas ministre dans le prochain gouvernement fédéral. Il souhaite laisser sa place à de nouveaux noms du parti et ne sera donc plus ministre de la justice.

L’information a suscité de nombreuses réactions de la part de magistrats et d’avocats, très critiques ces dernières années quant à la gestion du portefeuille Justice en Belgique.

Marie Messiaen, présidente de l’Association syndicale des Magistrats (ASM), rappelle que le travail n’a pas toujours été évident avec le ministre. “Son unique objectif était de réformer, à n’importe quel prix, et sans prendre en compte l’avis du terrain. Par ailleurs, Koen Geens avait prévenu qu’il ne rempilerait pas s’il n’avait pas les budgets nécessaires pour terminer ses réformes. J’espère donc que son départ ne signifie pas que le refinancement de la justice ne fait pas partie des priorités du futur gouvernement”, confie la magistrate.

Xavier Van Gils, président d’Avocats.be, partage cette inquiétude, mais reste plus nuancé. “Nous avons eu quelques frictions, mais Koen Geens a malgré tout fait un travail considérable en essayant de réformer un secteur compliqué. Le ministre n’a pas toujours été à l’écoute, mais reconnaissons au moins les qualités de l’homme”, conclut l’avocat.