À cheval, à pied, motorisée ou avec un drone, la police a intensifié ses contrôles ce week-end.

Les forces de police s’attendaient à un gros week-end. Il a finalement été relativement calme dans une grande partie de la Wallonie alors que pas mal de véhicules vers la mer étaient contrôlés. Samedi soir, la police fédérale remerciait toutefois les citoyens d’avoir plutôt bien respecté les consignes. Le message était donc bien passé. Du Hainaut, en passant par Namur et la province du Luxembourg et en remontant vers le Brabant wallon, le week-end a plutôt été calme même si, à l’heure d’écrire ces lignes, il n’était pas possible d’avoir un bilan chiffré précis zone par zone.

À Waterloo, 80 PV ont tout de même été dressés sur le week-end. Alors qu’à Mons-Quévy, on a comptabilisé samedi 25 PV dressés et un peu moins ce dimanche. Principalement pour des rassemblements et des déplacements qui n’avaient pas lieu d’être. Dans la zone boraine, on était dans une logique de répression et à côté des excuses farfelues pour justifier les déplacements, on fustigeait surtout les rassemblements devant les habitations. Dans la province de Liège, une dame, à Amay, se voyant verbalisée, a craché au visage des policiers. À Bruxelles, la police a dû fermer un magasin de confection de tissus ouvert.

C’est d’ailleurs dans la région bruxelloise que les interventions ont été les plus nombreuses. Samedi, la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles a dressé 63 PV et 254 sanctions administratives. "Il s’agissait essentiellement d’infractions sur des personnes qui ne respectaient pas la distance de 1,5 mètre, qui pratiquaient des activités interdites ou restaient ensemble. Nous avons également sanctionné pas mal de véhicules avec plusieurs personnes dedans ou d’autres en déplacement sans que cela soit indispensable" , précise Ilse Van de Keere, la porte-parole.