La police fédérale a mené dans la nuit de mercredi à jeudi, avec l'aide de différentes zones de police locale, une action de contrôle visant les migrants de transit le long des autoroutes E313 et E34 en province d'Anvers, entre autres sur le parking autoroutier de Ranst. 43 personnes ont fait l'objet d'une arrestation administrative dans ce cadre. Ces personnes sont entre autres originaires d'Afghanistan, du Cameroun et d'Érythrée. Plusieurs affirment être mineurs d'âge. C'est la 7e fois, en quatre mois, que la police coordonne une telle action de contrôle, avec des zones locales, l'Office des Etrangers et le parquet. La société de transports publics flamands De Lijn était également impliquée.

La police fédérale indique que cela fait plusieurs mois que le phénomène de la migration de transit est visible sur le parking Q8 de Ranst, le long des E313 et E34 qui se rejoignent à cet endroit. "Les migrants viennent en tram ou bus De Lijn, jusqu'au territoire de la commune de Wommelgem. De là, ils partent en petits groupes vers le parking Q8 où ils sautent dans des camions qui y sont placés, vers le Royaume-Uni", explique-t-on à la police. Cette dernière compte, avec ses opérations coordonnées, tenter d'enrayer à long terme le trafic d'êtres humains qui se jouent sur les parkings autoroutiers.

"Si nous pouvons localiser et extraire les trafiquants d'êtres humains qui sont derrière tout ça, on sera déjà un pas plus loin", commente Jean-Claude Gunst de la police fédérale. "S'ils ne sont pas là pour organiser et faciliter le voyage de ces personnes, il y aurait déjà bien moins de tentatives de traversée vers l'Angleterre. En menant une opération de police de temps en temps, on veut dissuader les migrants de tenter cela et de se mettre en danger", explique-t-il.