Cet individu, le frère de Ashraf Sekkaki, appelé le "roi de l'évasion", était le seul des cinq évadés qui étaient parvenus à s'échapper et qui était encore en cavale. Il a directement été emmené en prison. Quelques semaines après son évasion, il avait envoyé une lettre recommandée à la direction de la prison de Turnhout. L'enveloppe contenait son badge de détenu ainsi qu'une carte postale de Thaïlande.

Les quatre complices avec lesquels il s'était évadé, en escaladant un mur de six mètres de haut durant la promenade vespérale, avaient tous été rapidement arrêtés. Trois déjà le soir-même de leur évasion, le quatrième deux semaines plus tard aux Pays-Bas.

L'enquête pour retrouver Oualid Sekkaki a été menée par le parquet d'Anvers et réalisée par l'équipe FAST de la police fédérale en collaboration avec la police de Malines-Willebroek et la police judiciaire fédérale d'Anvers. Les enquêteurs ont eu recours à une loi récente pour utiliser des moyens d'enquête spéciaux afin de retrouver des personnes qui se sont soustraites à l'exécution de leur peine de prison.

Les enquêteurs se sont, semble-t-il, rapprochés ces derniers jours du fugitif, ce qui a permis son arrestation jeudi soir. C'est la police fédérale de la route de Lummen qui a finalement menotté l'individu. Oualid Sekkaki a été emmené à la prison de Hasselt dans un premier temps.