Placés sous mandat d’arrêt dans la soirée de samedi Pol Heyse et Stéphane Moreau comparaîtront donc devant la chambre du conseil. Rappelons que les deux hommes ont été incarcérés à la prison de Lantin après avoir été inculpés de détournement par personne exerçant une fonction publique ainsi que d’abus de biens sociaux. Ajoutons que Stéphane Moreau a également été placé sous mandat d’arrêt pour escroquerie, faux et usage de faux.

Reste évidemment la question de savoir si, à l’instar de François Fornieri et Pierre Meyers libérés ce mardi, MM. Moreau et Heyse vont connaître la même… fortune.

Pas si sûr et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que la chambre du conseil de ce mercredi ne sera pas composée des mêmes magistrats que ceux qui ont pris l’ordonnance de libération des deux inculpés comparaissant mardi.

Ensuite, parce qu’autant MM. Fornieri et Meyers plaidaient l’absence d’enrichissement personnel, autant il sera difficile ici de le soutenir. Enfin et c’est propre à Stéphane Moreau, les chefs d’inculpation ne sont pas les mêmes puisque l’ancien bourgmestre socialiste ansois est accusé, en plus, d’escroquerie ainsi que de faux et usage de faux.

Rappelons toutefois que les deux hommes nient les faits qui leur sont reprochés arguant de la légalité des paiements dont ils ont été les bénéficiaires.

Le conseil de Stéphane Moreau ne disait d’ailleurs pas autre chose, quelques heures après l’arrestation de son client. “Monsieur Moreau affirme qu’il est le bénéficiaire de décisions officielles des instances de Nethys, elles-mêmes les ayant adoptées sur la base des analyses, propositions et calculs effectués par un grand bureau spécialisé en la matière”.

Selon l’avocat, Stéphane Moreau s’est dit “consterné par les reproches qui lui sont formulés. Il a toujours travaillé dans l’intérêt de la société Nethys qui, sous sa direction, a atteint une valeur proche de 3 milliards d’euros et a fait travailler près de 3 000 familles”.