C’était dans l’air depuis son interpellation vendredi matin, Stéphane Moreau a été placé sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction Frédéric Frenay. Comme ses prédécesseurs qui ont comparu devant le magistrat, il a été inculpé d’abus de biens sociaux et de détournement par personne exerçant une fonction publique. Bénédicte Bayer et Pol Heyse ont également été inculpés. Si l'ex-CEO de Nethys et Pol Heyse ont été placés sous mandat d'arrêt, Benedicte Bayer a été laissée en liberté sous conditions strictes.

L'information a été confirmée, ce dimanche matin par le Procureur Général de Liège, Christian de Valkeneer. "Messieurs Moreau et Heyse ont été placés sous mandat d’arrêt du chef d’abus de biens sociaux et détournement par une personne exerçant une fonction publique. En outre, Monsieur Moreau a également été inculpé de faux, d’usage de faux et d’escroquerie. Madame Bayer, elle, a été inculpée d’abus de biens sociaux et détournement par une personne exerçant une fonction publique."

Rappelons immédiatement que Stéphane Moreau qui nie l’illégalité des paiements dont il a été un des destinataires doit bénéficier, comme tout justiciable, de la présomption d’innocence. Il en va de même pour Bénédicte Bayer et Pol Heyse.

Revenons donc sur ce qui lui est reproché ainsi qu’à ses collègues de l’ex-management de Nethys, Bénédicte Bayer et Pol Heyse. Selon les enquêteurs et le magistrat instructeur, les trois patrons ont bénéficié des largesses du comité de rémunération de Nethys, aboutissant à un décaissement d’une quinzaine de millions d’euros.

Le montage mis en place, ou à tout le moins validé, par ledit comité de rémunération de Nethys a trouvé ses effets juste avant l’entrée en vigueur du décret gouvernance en Wallonie qui allait plafonner les rémunérations des dirigeants publics. Il a consisté en la création d’indemnités de rétention qui ne rentraient pas dans la case “rémunérations”.

Selon les documents internes de la société, Stéphane Moreau a ainsi perçu un total de 11,627 millions. Pol Heyse quant à lui a empoché 2,288 millions, Bénédicte Bayer “se contentant” de 1,195 million.

Fin de semaine, les membres du comité de rémunération ont été inculpés et deux d’entre eux, François Fornieri et Pierre Meyers ont été placés sous mandat d’arrêt. Le 3e homme, Jacques Tison était également entendu par le magistrat instructeur avant d’être inculpé et laissé en liberté.

Mais plus largement, si les personnes qui ont validé le montage financier ont été inquiétées, celles qui ont bénéficié de l’argent devaient également rendre des comptes. C’est ce qui s’est passé, dès vendredi matin avec l’interpellation des trois ex-patrons de Nethys.

Après des heures et des heures d’audition ces derniers ont été successivement présentés au juge d’instruction, avec l’issue que l’on connaît… Stéphane Moreau et Pol Heyse comparaîtront dans les 5 jours devant la chambre du conseil, à moins que le magistrat instructeur signe une mainlevée, ce qui serait toutefois étonnant.

Rappelons qu'il y a quelques mois, la majeure partie de l'argent versé au Top-Management de Nethys avait fait l'objet d'une saisie conservatoire.