Il affirme qu'il avait pris en charge un patient souffrant de douleurs testiculaires pour le conduire de Dilbeek vers la Clinique Sainte-Anne/Saint-Rémi à Anderlecht où il travaille. Le médecin a contesté l'infraction et a refusé de procéder à une transaction pénale, mais la police a estimé que les raisons du déplacement n'étaient pas claires. Le parquet de Hal-Vilvorde a déclaré à Belga que la personne verbalisée sera auditionnée sur ses justifications. Le parquet décidera ensuite s'il est opportun ou non de la renvoyer devant le tribunal de police.

"J'étais de garde le 27 avril dernier et j'ai été appelé par un patient à Dilbeek, vers 17h00. Il souffrait de douleurs testiculaires aiguës et j'ai décidé de l'emmener moi-même directement à l'hôpital où je travaille à Anderlecht pour des examens précis", a expliqué le médecin. "J'ai ensuite été contrôlé par la police à Dilbeek, avec mon patient à l'arrière de ma voiture, non loin du commissariat de police, rue de la Station."

"J'ai donné six attestations, l'une de l'Ordre des médecins et plusieurs de l'hôpital dont une du service des urgences qui confirme que j'avais appelé pour faire admettre un patient. Malgré cela, la police a estimé que mes propos n'étaient pas suffisamment crédibles et que ce n'était pas une urgence", a exposé ce spécialiste en urologie.

Pour le parquet de Hal-Vilvorde, qui se base sur le rapport de police, les raisons du déplacement restent floues. "Après lecture du procès-verbal de la zone de police de Dilbeek, on a estimé que les faits justifiaient une proposition de paiement d'une transaction. Si la personne n'accepte pas cette transaction, elle sera auditionnée par la police pour donner sa version des faits. Après, on réévaluera le dossier et on décidera si les faits sont suffisamment établis pour citer la personne devant le tribunal de police. C'est la procédure qu'on suit dans tous les dossiers", a expliqué Carol Vercarre, porte-parole du parquet de Hal-Vilvorde.

Le médecin et son avocat ont décidé de contester l'infraction et ont également déposé plainte au Comité P pour non-assistance à personne en danger.