La prévenue avait sollicité l'acquittement, après être revenue sur ses aveux. Ses "démentis ultérieurs" ont toutefois été considérés par le tribunal comme "complètement invraisemblables". Le 20 janvier dernier, la prévenue avait déposé son bébé chez une accueillante d'enfants. Celle-ci avait ensuite contacté plusieurs fois les parents car le bambin ne bougeait presque pas et voulait tout le temps dormir. Le lendemain, les parents ont emmené leur enfant à l'hôpital où les médecins ont détecté les symptômes du bébé secoué. Le petit, s'il a survécu, a souffert de graves lésions cérébrales et reste paralysé depuis.

Selon l'avocat du père, la prévenue a tout d'abord accusé l'accueillante d'enfants avant de reconnaître les faits. Elle a depuis retiré ses aveux pour pointer du doigt son conjoint. La nouvelle version de la mère n'a pas été considérée comme crédible par le tribunal, qui l'a condamnée à 42 mois de prison.