L'homme aurait transmis des informations à des criminels par le biais d'un intermédiaire. L'enquête judiciaire sur Sky ECC a débuté fin 2018 après que plusieurs enquêtes ont montré que les criminels utilisaient de plus en plus de téléphones cryptés équipés du logiciel de cryptage de Sky ECC, une société opérant depuis le Canada et les États-Unis. Les spécialistes de la police ont réussi à déchiffrer la messagerie cryptée. Un milliard de messages ont été interceptés, dont près de la moitié ont été décryptés.

L'analyse de ces messages a conduit à plusieurs autres enquêtes judiciaires, dont celle menant à l'employé du parquet d'Anvers. Dans le cadre de cette enquête, six perquisitions ont été effectuées samedi dernier, quatre dans des habitations privées et deux au palais de justice d'Anvers. La police a interpellé deux personnes, l'employé du parquet et un autre suspect. Ces deux personnes ont été placées en détention par le juge d'instruction pour appartenance à une organisation criminelle, fraude informatique, corruption et violation du secret professionnel.