Yacob Mahi a été condamné à trois ans de prison avec sursis pour faits de mœurs. Il devra aussi faire une croix sur sa carrière.

Outre les faits de mœurs, Yacob Mahi était poursuivi pour des violences physiques sur des élèves de l’athénée Leonardo da Vinci à Anderlecht. Cette prévention est également établie.

En janvier 2015, après l’attentat contre Charlie Hebdo, certains élèves ont exprimé une sympathie envers les terroristes. Un professeur d’histoire (autre que celle qui a révélé l’affaire de mœurs) a fait valoir que des caricatures ne pouvaient pas justifier des assassinats. Une pétition a circulé dans l’école pour demander sa démission. L’initiative en avait été attribuée à Yacob Mahi.

C’est dans ce climat pourri qu’un élève a évoqué des coups de la part du professeur de religion islamique. Dans l’école, M. Mahi était connu pour faire respecter de manière stricte les règles de bienséance. Lui s’est toujours défendu de tout acte de violence, même légère, en s’appuyant sur de nombreux témoignages qui le disculpent. Mais, s’il y avait des professeurs qui appréciaient ses méthodes, d’autres les réprouvaient, indique le tribunal.

Solidarité avec certains élèves

Ses méthodes ? Une claque à l’arrière de la tête, un petit coup de genou pour forcer un gamin à se mettre dans le rang, une oreille pincée et tirée un peu fort… Une enquête administrative avait été ouverte à l’encontre de M. Mahi.

Il existait une solidarité entre le prévenu et ses élèves, sur lesquels il avait la mainmise, souligne le jugement. M. Mahi s’autorisait des contacts plus directs avec ses "protégés", qui ne se plaignaient pas de ses "claques amicales". D’autres ados de l’école, qui n’étaient pas inscrits au cours de religion islamique, ont été entendus. Plusieurs ont affirmé que l’enseignant martyrisait ses élèves, les tapait de manière sadique.

Pour le tribunal, il ressort à suffisance que l’enseignant "faisait usage de violence afin d’asseoir son autorité auprès des élèves". Des violences physiques "aucunement tolérables" dans une école moderne.