L'homme qui a menacé de mort la sénatrice sp.a Mimount Bousakla est un Gantois de 38 ans de nationalité belge, converti à l'islam, ont indiqué le parquet d'Anvers et le parquet d'Anvers. Il a été appréhendé jeudi soir et a reconnu les faits, mais il dit n'avoir jamais parlé d' »abattage rituel ».

Il a expliqué qu'il avait trouvé les propos de la sénatrice subversifs et intolérants, raison pour laquelle il a lancé samedi dernier des menaces par téléphone au secrétariat du sp.a à Anvers.

D'après lui, et le dossier le confirme, il n'a jamais parlé d' abattage rituel .

L'homme ne possède aucun antécédent judiciaire. En 2002, son nom figurait sur la liste des membres de l'AEL, la Ligue arabe européenne.

Cette organisation ne semble toutefois pas mêlée en quoi que ce soit aux actes posés par le suspect.

Le Gantois risque une peine de 6 mois à 2 ans de prison pour menaces orales à caractère raciste.

Il doit comparaître ce vendredi devant le juge d'instruction, qui devra décider d'un éventuel mandat d'arrêt à son égard.

Réagissant brièvement à cette arrestation, la sénatrice Mimount Bousakla a fait part de son soulagement. Elle a remercié expressément le parquet et les services de police du travail accompli, et de la célérité qu'ils y ont mise. Voilà un bon avertissement pour ceux qui voudraient tenter pareilles choses à l'avenir, selon elle.

La sénatrice espère également que cette arrestation mette un terme rapide à l'atmosphère de menaces régnant actuellement, de manière que le dialogue retrouve toutes ses chances et qu'elle-même puisse reprendre son travail au Sénat.