Il sera procédé lundi prochain à la ré-inhumation, en l’église Sainte-Marie d’Oignies, de l’évêque Jacques de Vitry (vers 1170-1240) dont les restes ont fait l’objet, pendant quatre ans, de recherches scientifiques pointues dans le cadre du projet "Cromioss", mis en œuvre par la Fondation Roi Baudouin, afin de déterminer leur authenticité ainsi que celle du trésor qu’il a légué, annonce la Société archéologique de Namur.

Il n’a pas été possible d’établir avec une certitude absolue, en raison d’un ADN endommagé et d’une comparaison possible avec celui d’une personne contemporaine de la lignée de l’évêque, si ces restes, conservés dans un reliquaire en l’église Sainte-Marie à Oignies (entité d’Aiseau-Presles, diocèse de Tournai), sont bien ceux de Jacques de Vitry. Mais, en tout cas, rien ne permet de corroborer la thèse inverse. Les recherches multidisciplinaires (archéologie, anthropologie, biologie, physique nucléaire) effectuées ont néanmoins permis de reconstituer le visage présumé de l’évêque (notre photo).