Le Baromètre de 2005 avait déjà montré une certaine structuration géographique du religieux. Mais la comparaison traditionnelle de la ville plus sécularisée que la campagne ne tient plus la route !

Est-ce que les données du premier Baromètre sont confirmées ?

Bruxelles apparaît de plus en plus comme une zone de pluralisme religieux : si le christianisme y semble assez bas avec 42,5 pc, il y a aujourd'hui 33 pc de musulmans devant les croyants juifs et protestants.

En fait, on pourrait construire un axe de Bruxelles à Arlon en passant par le Brabant wallon et Namur : plus on s'éloigne de la capitale, plus le taux de chrétiens augmente mais pas la pratique. Bruxelles est, en fait, de plus en plus une mégalopole sensible aux grandes innovations de la société globale. Une ville-région où la tradition chrétienne s'effrite progressivement. A l'inverse, le Luxembourg reste très traditionnel mais en même temps, très postconciliaire : 71 pc de catholiques y sont désormais largement non pratiquants. Donc la province reste culturellement chrétienne mais on remarquera également que c'est aussi celle où le taux d'athéisme est le plus bas.

Quant aux deux grands bassins wallons qui se confondent partiellement avec les provinces du Hainaut et de Liège, ce ne sont plus ces lieux de laïcité forte qui ont accompagné l'industrialisation et l'émergence du mouvement ouvrier mais j'y verrais plutôt l'émergence d'un nouveau centrisme convictionnel : on y a vu croître à la fois les croyants sans appartenance fixe et les agnostiques.

Point commun : une tolérance certaine et une belle ouverture d'esprit !

Le Brabant wallon est aussi une région très intéressante...

Oui, si à Bruxelles, les croyants les plus assurés se retrouvent dans les rangs musulmans, le Brabant wallon fait émerger des proportions de pratique catholique plus fortes que dans les provinces de Namur et du Luxembourg. Mais cela ne débouche pas sur une foi forte; elle est plutôt incertaine mais s'inscrit dans une grande aspiration à une quête spirituelle. Cette situation n'est évidemment pas étrangère au niveau social et d'études d'une bonne partie de sa population.