L'enquête au sujet de l'effraction commise dimanche dans une filiale de la banque BNP Paribas Fortis à Anvers, sur la Belgiëlei, est en cours. Ce serait depuis les égouts que les auteurs, qui courent toujours, auraient atteint la salle des coffres, en passant par des tunnels. La police a pu constater dimanche que les voleurs présumés avaient pénétré dans la salle des coffres par un trou dans le sol de cette salle, relié aux égouts. Différents coffres avaient été forcés.

Mais pour rejoindre les égouts, les braqueurs ont également creusé un trou depuis l'appartement au sous-sol qu'ils louaient dans la Nerviërsstraat. Contacté par nos confrères flamands du Laatste Nieuws, Marijn Vercauteren, le propriétaire, s'est expliqué.

"En fait, à la base, je ne voulais plus louer cet espace. Parce que le petit salon, la cuisine, la salle de bain et la chambre devaient être rénovés de toute urgence. Mais en novembre, j'ai reçu un appel téléphonique de la part d'un homme qui voulait le louer pour son frère", raconte Marijn Vercauteren.

"Cet homme m'a présenté sa carte d'identité. Marc Büchman, c'était son nom. Sans doute que cette carte d’identité était, bien sûr, fausse", poursuit le propriétaire, qui a été tout surpris de voir la police débarquer dimanche soir. "Les policiers voulaient savoir si le bâtiment de la Nerviërsstraat était ma propriété. Ils ont dit que ces braqueurs avaient quitté un puits creusé dans mon appartement au sous-sol. Ils parlaient d'un trou d'un mètre de long!"

Marijn Vercauteren n'en revient toujours pas, d'autant plus que l'apparence physique du locataire ne laissait rien présager. "Cet homme était très amical et élégamment vêtu. Avec le recul, je dois admettre que j’ai trouvé en fait qu’il était un peu étrange de voir un homme aussi distingué s'intéresser à mon appartement en sous-sol en ruine. "

Toujours pas de trace

Des auteurs, il ne reste aucune trace. Le butin potentiel restait inconnu lundi, BNP Paris Fortis et le parquet gardant tous deux le silence à ce sujet.