“Ma demande d’asile sera traitée rapidement. Vrai ou faux ?”. “Tous les demandeurs d’asile Palestiniens obtiennent le statut de réfugié. Vrai ou faux ?”. “La régularisation est-elle une option ?”. L’Office des Étrangers (OE) vient de lancer un nouveau site internet destiné aux migrants. Objectif : informer correctement les migrants sur les conditions de vie en Belgique et démonter certains mythes, notamment ceux vendus par les trafiquants d’êtres humains pour “recruter” des “clients” qui paient cher leur voyage vers l’Europe. “Il ne s'agit pas de dire simplement “ne venez pas chez nous”. Nous abordons les risques encourus lors du voyage ainsi que son coût. Nous voulons éviter les drames humains. Le risque étant aussi que la situation en Belgique ne corresponde pas aux attentes des migrants, qui peuvent être trompés par les passeurs qui véhiculent beaucoup de fausses informations”, commente Dominique Ernould, porte-parole de l’OE. Que l’on soit d’accord ou pas avec la politique migratoire menée par le gouvernement fédéral, ce site a le mérite de combler une lacune : délivrer une information correcte. En effet, le site de l’OE est vieillot et y trouver des informations n’est pas toujours évident.

Ce site a été construit par une entreprise hollandaise, qui a remporté le projet suite à un appel d’offres dans le cadre d’un marché public. La construction de ce site a coûté environ 150 000 euros. Scoopers, l’entreprise néerlandaise, fera un feed-back à l’OE chaque semaine afin de mesurer son efficacité. “En fonction des résultats, nous pourrons nous réorienter ou communiquer autrement”, ajoute Dominique Ernould. En parallèle, deux autres campagnes ont déjà été lancées : l’une est destinée aux Palestiniens (qui représentent en ce moment la nationalité qui demande le plus l’asile en Belgique) et l’autre aux Marocains (lesquels ont été induits en erreur par l’introduction du permis unique et ont cru à une campagne de régularisation). Une troisième sera lancée en mai avec, comme public-cible, les migrants de transit. Trois autres campagnes devront suivre dans le courant de l’année.

En septembre dernier, une autre campagne, commandée par Theo Francken (N-VA), l’ex-secrétaire d’État à l’Asile et la Migration pour un budget d’environ 7 000 euros avait été fortement critiquée. Certains (dont des membres de la police) avaient cru à un “fake” et la jugeaient par ailleurs choquante. “Non à l’immigration illégale, ne venez pas en Belgique”, clamait celle-ci en six langues différentes sur une page Facebook de l’Office des Étrangers, retirée du réseau social depuis. Le ton dur adopté était renforcé par des photos “choc”, comme celle d’un migrant de dos, menotté avec des colsons et entouré par des policiers.

La philosophie du nouveau site lancé ce 17 avril est fort différente. Signe qui ne trompe pas : l’OE préfère parler de campagne de sensibilisation plutôt que de dissuasion. Dans un communiqué de presse, Maggie De Block parle quant à elle de dissuasion. "La conséquence de ces pratiques (des passeurs, NdlR) souvent malhonnêtes est que les migrants frappent à nos portes et demandent l'asile, alors que les chances qu'ils y aient droit sont très faibles. Cela crée un énorme fardeau pour nos services et met notre système d'asile et notre hospitalité sous pression", affirme Maggie De Block. "Il vaut donc mieux prévenir que guérir en les informant clairement que les chances d'asile sont très faibles et que la Belgique n'est pas le Pays de Cocagne. Il est clairement indiqué aux transmigrants qu'ils ne peuvent pas rester ici illégalement. Soit ils demandent l'asile, soit ils quittent le pays." Le changement de ton aura été de courte durée.