La tempête soulevée à l’ULB par Souhail Chichah et ses amis qui ont empêché la tenue d’un débat sur l’extrême droite parce que, selon eux, l’essayiste Caroline Fourest serait "islamophobe", est loin de retomber. Elle est d’autant plus vive que des voix divergentes s’élèvent : ainsi Jean-Jacques Jespers et d’autres estiment que certains membres de la communauté juive diabolisent singulièrement Souhail Chichah pour son soutien à la cause palestinienne.

En même temps, des voix s’élèvent pour sa mise à l’écart définitive de l’université du libre-examen. Deux pétitions circulent même dans ce sens. L’une d’elles accompagne une lettre ouverte aux autorités émanant d’une série de personnalités liées à l’ULB. Cosignée notamment par Elie Cogan, Chemsi Cheref-Khan, Gisèle De Meur, Catherine François, Nadia Geerts, Marc Parmentier, Jamila Si M’Hammed et Jeanine Windey, elle leur demande de prendre leurs responsabilités : "Au-delà du communiqué de presse ayant trait aux actions qui seront prises vis-à-vis du triste meneur, nous attendons des autorités de notre université un communiqué clair, fort, sans ambiguïté affirmant la défense de nos valeurs et signifiant à ceux et celles qui ne les partagent pas, qu’ils et elles n’ont pas, ou plus, leur place à l’Université libre de Bruxelles. Seule cette attitude permettra à la lumière de briller à nouveau dans les ténèbres."

Une vision partagée aussi dans le monde politique : Armand De Decker (MR) a ainsi précisé à "La Libre" se trouver sur la même longueur d’ondes que Marc Uyttendaele, "une fois n’est pas coutume, pour demander la mise à l’écart de M.Chichah aux noms des valeurs fondamentales de l’ULB". Parmi d’autres réactions, on notera aussi celle de la députée bruxelloise Viviane Teitelbaum (MR) qui fut déjà la cible de manière fort peu civile de M. Chichah par le passé, mais qui tient surtout à dénoncer les "propos sexistes mais aussi homophobes tenus à l’égard de Caroline Fourest". Une dimension que l’on n’avait guère mise en exergue jusqu’ici. Enfin, le Centre d’action laïque n’a pas réagi officiellement aux incidents mais a adressé un courrier aux autorités de l’ULB pour marquer son soutien "par rapport à la défense des valeurs de liberté, de tolérance, d’ouverture d’esprit, indispensables à tout fonctionnement démocratique".

La vidéo de l'incident a été tournée par @gillesdej