TESS, CE1D, CEB. Ces trois acronymes ne vous disent peut-être pas grand-chose, pourtant ils vont rythmer la vie de milliers d’élèves au cours des deux semaines à venir. Il s’agit en fait des évaluations externes certificatives - c’est-à-dire dont la réussite valide automatiquement le travail effectué pendant l’année -, qui sont liées à l’octroi d’un certificat. Examinons-les plus en détails :

1) La plus connue de ces trois évaluations est le CEB (certificat d’études de base) . Cette année, quelque 58 000 écoliers y prendront part les lundi 17, mardi 18, jeudi 20 et vendredi 21 juin 2013. Obligatoire depuis 2009, elle concerne tous les élèves de 6e année de l’enseignement primaire ainsi que tous les élèves de 1re et 2e années différenciées de l’enseignement secondaire. Les trois matières évaluées sont le français, les mathématiques et l’éveil (histoire-géographie et sciences). Nouveauté cette année, l’utilisation de la calculette est autorisée pour une partie des épreuves (grandeurs, solides et figures, traitement de données). "La calculette n’est bien sûr pas autorisée pour l’épreuve ‘Nombres et opérations’, a précisé, en commission de l’Education, la ministre de l’Enseignement Marie-Dominique Simonet (CDH), qui a rappelé que "dans les Socles de compétences adoptées en son temps par le Parlement de la Communauté française, une des compétences à certifier est la suivante : ‘choisir et utiliser avec pertinence le calcul mental, le calcul écrit ou la calculatrice en fonction de la situation’".Le CEB est considéré comme réussi dès lors que l’élève a obtenu au moins 50 % dans chacune des matières évaluées. L’an dernier, sur les 48 453 élèves qui ont présenté l’épreuve, le taux de réussite s’est élevé à 91,75 %.

2) Autre nouveauté cette année, le CE1D (épreuve certificative externe commune au terme du 1er degré de l’enseignement secondaire) est désormais obligatoire pour tous les élèves de 2e année commune et complémentaire. Les jeudi 13 et vendredi 14 juin, ils seront ainsi 54 000 (pour un total de 450 établissements) à être évalués respectivement en maths et en français. Dans le même temps, 20 écoles, soit 3 000 élèves, participeront à l’épreuve expérimentale du CE1D en langues (le néerlandais à Bruxelles; le néerlandais, l’anglais et l’allemand en Wallonie), avant que celle-ci ne devienne également obligatoire en juin 2014. Cette année-là sera ajoutée, à titre expérimental, dans une vingtaine d’écoles, une épreuve de sciences, qui devrait, elle aussi, devenir obligatoire dès juin 2015.

3) Depuis 2010-2011, sur décision de leur pouvoir organisateur (PO), de nombreuses écoles participent au TESS (Test d’enseignement secondaire supérieur), qui porte sur la maîtrise d’une partie de certaines disciplines. Cette évaluation, pour l’heure facultative, concerne les élèves de 6e année dans la filière générale, de 6e année dans le technique et l’artistique de transition, et de 7e année dans le professionnel. Le mardi 11 juin, 11 000 élèves (de qualification) seront ainsi évalués en français (lecture) tandis que le mercredi 12 juin, ils seront 13 000 (de transition) à être testés en histoire.Mais dès juin 2014, le gouvernement souhaite recentrer cette épreuve sur "une discipline majeure : le français", qui sera évaluée à titre expérimental en transition et en qualification. En juin 2015, le TESS deviendra obligatoire en français (transition et qualification) et en histoire (transition). Il sera, par ailleurs, élargi à titre expérimental aux maths et aux sciences.