La chambre des mises en accusation de Bruges prolonge la détention de l'ex-député Bernard Wesphael, suspecté d'avoir assassiné son épouse Véronique Pirotton fin octobre 2013. La défense n'a pas l'intention de se pourvoir en cassation, a-t-on appris jeudi. Les avocats de Bernard Wesphael avaient demandé sa libération mardi. "Nous pensons que la place de notre client n'est plus en prison", selon l'un des conseils de l'ex-président du Mouvement de Gauche, Tom Bauwens.

La chambre des mises n'a toutefois pas accédé à leur demande, arguant qu'il existe encore de bonnes raisons pour maintenir Bernard Wesphael en prison.