La chambre des mises en accusation d'Anvers a confirmé mardi le mandat d'arrêt de Fouad Belkacem, l'ex porte-parole de Sharia4Belgium, et d'Hakim E., originaire de Vilvorde, dans le cadre du dossier lié à l'organisation extrémiste. La chambre des mises en accusation a par contre ordonné la libération, sous conditions, d'Abdel E., originaire de Vilvorde et de Walid L., d'Anvers.

La libération des deux suspects est assortie de conditions strictes. Ils ne peuvent ainsi avoir aucun contact avec d'autres personnes citées dans le dossier, ils doivent remettre leur passeport, ne peuvent pas quitter le pays sans autorisation du juge d'instruction, ils doivent travailler ou chercher du travail et ne peuvent enfreindre la loi.

Ces quatre personnes avaient été interpellées le 16 avril. Elles sont suspectées de participation à une organisation terroriste, en l'occurrence Sharia4Belgium, et d'avoir commis des actes de terrorisme, comme le recrutement de jeunes musulmans appelés à participer à la lutte armée en Syrie. Les quatre suspects nient toute implication dans des activités terroristes. Ils avaient tous les quatre interjeté appel d'une prolongation de leur mandat d'arrêt décidée par la chambre du conseil d'Anvers.

"Nous contestons que Sharia4Belgium soit une organisation terroriste. Mon client n'a d'ailleurs aucun lien avec ce mouvement et n'a d'ailleurs jamais participé à ses activités", a déclaré Me Johan Vangenechten, avocat d'Abdel E. Ce dernier n'a jamais mis les pieds en Syrie, selon son avocat. Si Walid L. a quant à lui bien été en Syrie, c'était à des fins humanitaires, selon son conseil, Me Ergün Top.

Abdel E. et Walid L. peuvent quitter la prison d'Anvers mardi soir. Fouad Belkacem et Hakim E. comparaîtront quant à eux dans un mois devant la chambre du conseil.