La Fédération des Etudiants Francophones a encouragé par voie de communiqué les étudiants du supérieur à emboîter le pas aux étudiants du secondaire dans le mouvement de grève engagé pour le climat, et ce, dès le jeudi 24 janvier.

"Depuis de nombreuses années, l’enjeu climatique préoccupe de plus en plus la population, et la raison est de taille : on ne parle ni plus ni moins de la survie de notre planète, et donc de l’humanité. Depuis le début de la révolution industrielle, l’augmentation de l’impact de l’homme sur son environnement a déjà entrainé de nombreuses conséquences désastreuses ; et cela ne va aller qu’en s’amplifiant si l’on ne change pas radicalement nos modes de vies et manières de produire", explique la Fédération.

"La FEF pense qu’il est de sa responsabilité, en tant qu’organisation représentative des étudiants, de soutenir et de se joindre à ce mouvement tout en respectant profondément son auto-organisation et son indépendance. Alors, ce jeudi 24 janvier, et tous les jeudis qui seront nécessaires, nous appelons les étudiants de l’enseignement supérieur à faire grève et à aller marcher aux côtés des élèves du secondaire et de tous ceux qui désireront rejoindre le mouvement", poursuit-elle.

Les jeudis sont devenus des rendez-vous pour les étudiants pour manifester leur mécontentement contre la politique climatique du gouvernement.

Le jeudi 10 janvier, plus de 3000 élèves de l'enseignement flamand avaient mené un mouvement de grève pour demander au gouvernement fédéral de prendre la question du changement climatique à bras-le-corps. Ils réclamaient des mesures fortes pour limiter le réchauffement climatique sous la barre des 1,5 degrés.

La semaine d'après, ils avaient été rejoints par des élèves de l'enseignement francophone, portant leur total à 12.500.