La mère d’un garçon de 12 ans qui habite depuis dix ans en Belgique risque l’expulsion vers le Congo.

Le jeune Lajoie, un garçon de 12 ans, se retrouvait sans sa mère, qui avait été placée dans le centre fermé de Bruges avant son expulsion vers leur pays d’origine, le Congo (LLB, le 28/2). Une pétition a circulé. La médiatisation de l’affaire et le soutien des proches aidant, la maman a été libérée mardi. Pourtant rien n’est encore réglé. La mère de Lajoie est sous le coup d’un ordre de quitter le territoire et devra le faire avant le 7 mars. L’avenir de Lajoie reste en suspens.

L’enfant n’a pas été déclaré, selon l’Office

Mme Muamba est arrivée en Belgique il y a dix ans, alors que le petit Lajoie n’en avait alors que deux. Elle introduit une demande de régularisation à l’Office des étrangers, demande qui lui est refusée. Depuis 2008, Lajoie et sa maman sont sans-papiers et sous la menace de contrôles et d’une possible expulsion.

Selon l’Office des étrangers, Mme Muamba n’aurait pas déclaré son enfant lors de la demande de régularisation, ce qui explique le fait qu’elle ait été la seule à être menacée d’expulsion. Or, si elle l’avait fait, l’Office des étrangers en aurait tenu compte lors du traitement du dossier de régularisation. En outre, il n’aurait pas séparé la famille pendant de longs jours lors du placement de la mère dans le centre fermé de Bruges.

Le problème aurait pu être réglé si la filiation entre la mère et le fils avait été prouvée et que Lajoie était en séjour régulier sur le territoire. Or c’est compliqué puisque le jeune garçon n’est pas né en Belgique.

La défense de la famille conteste

L’Office des étrangers dit ne pas avoir eu connaissance de l’existence de Lajoie. Or, sa maman, qui ne savait pas que sa procédure avait été déboutée, envoyait depuis 2008-2009 des documents prouvant son existence, comme des résultats scolaires. L’avocat de la famille souligne le fait que Mme Muamba pensait compléter, avec ces documents, un dossier toujours ouvert et donc recevable. L’Office des étrangers a précisé que ces documents envoyés après la fermeture d’un dossier ne sont pas pris en compte.

Si la décision de refus de régularisation de 2008 n’est pas annulée, seuls deux choix s’offrent à Lajoie : prouver sa filiation avec sa mère et risquer d’être expulsé vers le Congo, un pays instable qu’il ne connaît pas; ou rester illégalement en Belgique, sans sa mère.