Belgique

Après la visite d'un camp de réfugiés au nord-ouest du pays mardi, la reine Mathilde et sa fille, la princesse Elisabeth, se sont rendues mercredi, au deuxième jour de la mission de la souveraine pour Unicef au Kenya, dans un bidonville de Dagoretti, situé non-loin de la capitale Nairobi.

Un centre y a été aménagé où les enfants des rues peuvent trouver de l'aide. La reine et la princesse y ont été accueillies par des danses et de la musique jouée sur des instruments fabriqués par les enfants avec des matériaux destinés à être jetés. Le centre accueille aussi de jeunes mères qui se voient proposer de rejoindre un atelier de couture où elles peuvent travailler avec leur enfants à proximité. La princesse s'est vue déposer un bébé de 5 mois dans les bras, ce qui a eu l'air de la ravir.

© BELGA

La reine et la duchesse de Brabant ont échangé quelques mots avec Glen Akhura, un garçon de 12 ans qui est allé à l'école jusqu'à l'an dernier. Son père étant décédé entre-temps, sa mère, aide-ménagère, ne peut plus s'acquitter des frais scolaires. Glen les a invitées chez lui et sa mère leur a expliqué que ses deux aînés allaient bien à l'école et a émis le souhait que Glen puisse y retourner. C'est aussi le voeu de Glen qui apprécie particulièrement les sciences. L'histoire de Glen est typique des bidonvilles de la région, selon Patricia Kwamboka, responsable de l'Amref Dagoretti Child Protection Centre. "La pauvreté explique le fait que les enfants ne vont pas en classe. En rue, ils peuvent mendier ou travailler pour quelques centimes. Les parents de ces enfants ne gagnent souvent que 2,5 dollars la journée et c'est trop peu pour vivre et payer l'école". Mercredi après-midi, la reine et la princesse rencontreront la première dame du Kenya, Margaret Kenyatta, puis elles iront visiter un club de football.

© BELGA