Des cours de bouddhisme se donnent déjà dans certains pays comme l'Autriche. Les élèves peuvent choisir d'y apprendre le bouddhisme dans toutes les catégories d'âge, de 6 à 19 ans. Ce qui a permis au bouddhisme d'être enseigné dans les écoles en Autriche, c'est d'abord sa reconnaissance officielle par l'Etat.

En Belgique, on avance doucement. Le financement permettrait par exemple au bouddhisme de rejoindre le catholicisme, le judaïsme, l’islam et la laïcité organisée dans la liste des cultes recevant un subside. Un premier financement de 150 000 euros a été accordé au bouddhisme par un arrêté royal du 20 novembre 2008.

Michel Deprèay, président de l'Union bouddhique belge dit : « Dans tous les contacts que nous avons au niveau de l’administration, des partis politiques, on voit qu’on est très bien accueillis un peu partout ». Il existe actuellement un financement destiné à un secrétariat général qui a pour but de préparer la structuration du bouddhisme en vue de la reconnaissance. « Donc cette reconnaissance n’est pas encore acquise mais le fait qu’il y ait un subside annuel depuis trois ans est déjà un bon début. On espère arriver à une reconnaissance définitive sous le nouveau gouvernement » ajoute Michel Deprèay.

A terme, la reconnaissance devrait permettre le financement public des lamas, des professeurs de bouddhisme et des « aumôniers » officiant en hôpital et en prison. Les professeurs donnant les cours de bouddhisme devront avoir une formation pédagogique d’une part (diplôme d’enseignant, CAP, etc.) et une formation spécifique donnée dans le cadre de l’Union Bouddhique Belge (UBB).

« Le but d’un cours n’est pas d’enseigner des croyances, mais essentiellement de transmettre des valeurs et de voir comment les élèves peuvent traduire ces valeurs dans la vie de tous les jours » explique Michel Deprèay.

Le président de l'Union bouddhique belge décrit le programme : « Ceux qui décident de suivre les cours de bouddhisme apprendront à mieux comprendre les situations de leur vie quotidienne et le monde qui les entoure. L’enseignement du bouddhisme transmet à la fois des connaissances et des compétences, des savoirs et des savoir-faire. Il promeut et cultive les valeurs humaines qui contribuent à une vie heureuse et utile, pour soi et pour les autres. Les élèves apprendront l’histoire, la philosophie et l’art bouddhiques mais aussi la modernité dans son rapport avec les différentes traditions religieuses et philosophiques. »

Le Vlaams Belang reste pour l'instant le seul parti à s’opposer à la reconnaissance du bouddhisme.