Le cerveau présumé de la cellule jihadiste démantelée cette semaine en Belgique est toujours en fuite, a confirmé dimanche le ministre belge de la Justice Koen Geens, sans démentir qu'il pourrait se trouver en Grèce comme l'affirment les médias.

"C'est effectivement le cas", a répondu M. Geens à la question d'une journaliste de la chaîne flamande VRT qui lui demandait si le commanditaire des attentats déjoués était toujours en fuite. Le ministre a ensuite évoqué les quatre hommes arrêtés à Athènes samedi dans le cadre de l'enquête. "Les arrestations qui ont eu lieu hier soir n'ont pas permis de mettre la main sur la bonne personne. On continue de le rechercher activement et je suppose que cela va réussir".

Nouvelles perquisitions à Bruxelles

Deux nouvelles perquisitions ont été menées dimanche matin dans la Région de Bruxelles-Capitale, dans le cadre de l'enquête sur la cellule terroriste. Aucune arrestation n'a eu lieu, a indiqué un porte-parole du parquet fédéral, sans donner davantage de détails. L'endroit précis des perquisitions n'a pas été dévoilé par le parquet.

L'Italie a expulsé neuf djihadistes présumés, une centaine d'autres surveillés

L'Italie a expulsé depuis décembre neuf étrangers, djihadistes présumés, et dispose d'une liste d'une centaine d'autres personnes considérées comme proches de la mouvance, a déclaré dimanche le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano.

Cinq Tunisiens, un Turc, un Egyptien, un Marocain et un Pakistanais ont été expulsés, a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse. Il s'est dit "certain que d'autres expulsions allaient suivre". Il a indiqué qu'une centaine de personnes étaient étroitement surveillées et soupçonnées de sympathie pour les "activités djihadistes et terroristes", voire de s'apprêter à y prendre part. 

"Nous faisons face à une menace imminente qui peut être portée n'importe où dans notre continent. Face à ce danger potentiel, nous avons relevé la sécurité au niveau le plus haut", a-t-il ajouté. "C'est un travail qui doit nécessairement être mené dans l'ombre, mais croyez-moi, il est mené sans relâche, contre le terrorisme et pour défendre notre démocratie et notre liberté", a encore déclaré le ministre de l'Intérieur.