Belgique

On en sait plus sur le C130 belge à qui les autorités congolaises ont interdit l'accès à leur territoire vendredi (lire La Libre de ce samedi).

Selon nos informations, le gros porteur de la Défense belge avait à son bord une équipe composée d'une dizaine d'hommes chargés de préparer une éventuelle évacuation de ressortissants belges et, le cas échéant, d'assurer leur protection en cas de violence sur le terrain.

La situation est très tendue au Congo à l'approche de la date du 19 décembre qui marque la fin du second (et normalement dernier) mandat du président Joseph Kabila.

Jeudi, le C130 était arrivé à Cotonou au Bénin. Il devait se rendre vendredi à Lubumbashi, dans le sud du Congo. Mais le Premier ministre congolais a appelé vendredi le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, pour lui signifier que son pays n'autorisait pas les soldats belges à pénétrer sur son territoire. Officiellement, il s'agit d'un problème de "clearances" diplomatiques, c'est-à-dire d'autorisations de vol.

Selon une source militaire officielle, le C130 "est stationné dans un pays proche" du Congo. "Il va rentrer en Belgique pour lundi."

Vendredi, le ministre Reynders avait appelé tous les ressortissants belges à quitter le pays dès que possible. Cet appel faisait notamment suite à l'expulsion d'une équipe de journalistes de la VRT du Congo, le même jour. Le cas du C130 a sans doute dû jouer également .