Les forces de l'ordre ont découvert, samedi midi, le corps sans vie de Ward Beysen, fondateur du Liberaal Appel,dans un étang de Wilrijk.

Ward Beysen devait participer à une réunion vendredi matin mais n'est jamais arrivé au rendez-vous (LLB des 15 et 16 janvier). Son épouse avait signalé sa disparition vers midi. Les enquêteurs avaient mené une première fouille aux abords de l'étang, découvrant la veste et le GSM de Ward Beysen.

Selon le parquet d'Anvers, M.Beysen a mis fin à ses jours. L'ex-membre du VLD n'a toutefois laissé aucune lettre d'adieu.

De nombreuses réactions ont été enregistrées au sein de la classe politique. Le Premier ministre s'est déclaré bouleversé. Hugo Coveliers (VLD), à qui Ward Beysen faisait plus que des appels du pied, a dit n'avoir jamais trouvé le défunt dépressif. Il a confirmé que Ward Beysen voulait travailler à une alternative de droite pour les élections communales d'Anvers en 2006. Le président du VLD Bart Somers, dont les pensées vont à la famille de M. Beysen, a précisé qu'il n'avait pas eu de contact récent avec ce dernier. Filip Dewinter (Vlaams Belang) s'est dit peiné. «Nous n'avions pas encore de projets communs. Pour les communales de 2006, à Anvers, nous travaillions à une alliance, pas uniquement avec Liberaal Appel, mais Ward Beysen y jouait un rôle important», a-t-il souligné. Quant au bureau du Liberaal Appel, il entend que le parti continue d'exister après la mort de son fondateur. La décision définitive n'interviendra toutefois que le 27 janvier.

© La Libre Belgique 2005