Le gouvernement fédéral a envoyé un message à l'ensemble des zones de police du royaume afin de relever le niveau de sécurité et de vigilance, ce qui implique notamment des "fouilles systématiques" à l'entrée d'événements publics. Les autorités politiques et de sécurité belges restent en contact permanent avec leurs homologues françaises depuis les attentats de Paris vendredi soir. Il y a "quelques inquiétudes" concernant le sort de concitoyens belges à Paris, a indiqué le Premier ministre Charles Michel. Les échanges d'informations se poursuivent.

Le Premier ministre a relayé le point de vue des Affaires étrangères demandant aux Belges d'"éviter de se rendre à Paris si ce n'est pas strictement nécessaire".

L'OCAM n'a pas jugé utile à ce stade de relever le niveau de la menace en Belgique mais la situation est analysée "minute par minute" en concertation avec le gouvernement et le comité ministériel restreint en particulier. "Nous sommes en situation d'alerte", a commenté M. Michel à l'issue du kern.

Au nom du gouvernement, le Premier ministre belge a lancé un appel à la population afin de ne "pas tomber dans le piège des terroristes", celui de "la panique, de l'angoisse, de la terreur, de la peur de l'autre". Il a appelé au "rassemblement de tous les démocrates dans ces moments complexes", conscient que "cette tragédie est une nouvelle attaque contre nos valeurs fondamentales et nos libertés".