Belgique Lors d’actions au port d’Anvers, la FGTB avait refusé de lever un blocage. Le président de la FGTB Anvers est reconnu coupable d’entrave méchante à la circulation.

La cour d’appel d’Anvers a reconnu le président de la FGTB d’Anvers, Bruno Verlaeckt, coupable d’entrave méchante à la circulation. En cause, une action syndicale au cours de laquelle des accès au port d’Anvers avaient été bloqués. Les juges ont prononcé, comme en première instance, une simple déclaration de culpabilité sans peine.

La FGTB se dit "déçue et inquiète". Elle "n’acceptera pas qu’une condamnation détermine la manière dont la FGTB, en tant qu’organisation, devra mener ses actions".

Les faits datent du 24 juin 2016, journée de grève nationale. La FGTB voulait protester contre le relèvement de l’âge de la pension et le saut d’index. Le syndicat avait dressé cinq barrages pour bloquer les accès au port d’Anvers. Des obstacles et de lourds véhicules avaient été disposés à des endroits stratégiques. Des pneus avaient été mis à feu.

L’action avait été annoncée mais aucune autorisation n’avait été demandée. Le syndicat n’avait pas communiqué que des routes seraient bloquées. La police avait demandé aux militants de libérer les routes. Ils obtempérèrent sauf à un carrefour où les syndicalistes, échauffés par M. Verlaeckt, cherchaient la confrontation. Le président du syndicat fut arrêté administrativement.

Une action dangereuse

Les juges ont retenu l’entrave méchante à la circulation. "Le piquet, installé alors qu’il faisait toujours noir, l’était à un carrefour important pourvu de feux où de nombreux camions passent et où la vitesse maximale est de 90 km/h. La formation d’épaisses fumées noires a causé une importante gêne et une visibilité très amoindrie. Cela a été à l’origine de situations dangereuses", dit le jugement. La cour a noté le rôle déterminant de Bruno Verlaeckt.

"La cour est d’avis que le blocage routier au carrefour a été monté et exécuté comme l’a voulu et préparé le prévenu", peut-on lire dans le jugement.

Le syndicat compte étudier le jugement attentivement avec ses avocats. La FGTB appelle en outre à une modification du Code pénal : "L’article 406 (qui sanctionne l’entrave méchante à la circulation NdlR) ne peut plus être détourné pour limiter le droit de grève ou le droit de manifestation."