Les familles concernées par le meurtre d'un adolescent, mercredi dernier à la gare de Bruxelles Central, ont diffusé samedi un communiqué pour faire connaître leur position, notamment à l'égard des manifestations de soutien annoncées. "Les familles de Joe Van Holsbeeck, sauvagement assassiné mercredi, et de son ami ne soutiendront aucune manifestation à caractère partisan et isolé. Elles demandent aux présidents de parti respectueux de toutes les institutions du pays d'y veiller attentivement", indique le communiqué.

Les deux familles déclarent qu'elle "ne ferment pas la porte au soutien d'une manifestation citoyenne, jeune, construite et ouverte, mais pas avant les funérailles dont les modalités seront déterminées dans les prochains jours". Pour elles, "cet acte inqualifiable mérite un débat serein et constructif sur ses causes, vraisemblablement multiples, entre tous les acteurs de la vie publique soucieux d'assurer à tous les jeunes et moins jeunes l'élémentaire liberté de se déplacer en toute sécurité dans la ville et ailleurs".

"Toute initiative partisane et isolée risque d'instrumentaliser ce tragique événement et de paralyser les possibilités de faire en sorte que des mesures bien réfléchies soient prises sereinement dans l'intérêt de toute la société", poursuit le communiqué. Les deux familles considèrent que la seule chose qui doit primer pour l'instant est la recherche des auteurs de cet acte horrible et inqualifiable et leur traduction en Justice dans les plus brefs délais. Pour cela, "il importe de permettre aux enquêteurs de la police fédérale de poursuivre leur travail sans relâche dans les meilleures conditions possibles, ce qui passe par la collaboration de tous les citoyens qui seraient en mesure de leur donner des renseignements utiles lorsqu'ils en ont. Et, s'ils n'en ont pas, par leur abstention de toute initiative superflue qui retarderait ce précieux et délicat travail".

Les familles de Joe et de son ami se déclarent très touchées par l'élan spontané d'affection des voyageurs de passage dans la Gare Centrale et de la population en général.

L'ami de Joe, "qui tient à préserver son anonymat en toutes circonstances, tient à dire formellement que celui que ses très nombreux camarades surnommaient 'ourson' pour son caractère débonnaire et jovial n'a tenu aucun propos provoquant ou raciste à l'égard des agresseurs". Pour lui, " Joe n'était pas capable de faire ça". Les familles demandent enfin aux médias "de respecter leur intimité et leur deuil en cette période très fragilisante pour l'ensemble de leurs membres".

Et de préciser qu'il ne sera fait aucun commentaire complémentaire et plus répondu à aucune sollicitation d'interview à la suite du présent communiqué et jusqu'aux funérailles.