Cinq nouveaux dossiers d'abus sexuels, dont un de zoophilie, ont été mis à charge du père oblat Eric Dejaeger, un Belge parti au Canada dans les années 70 et ayant acquis la nationalité canadienne, cette semaine par la Justice canadienne, a indiqué un journaliste de la télévision canadienne APTN à l'Agence Belga.

Depuis que la Belgique l'a extradé vers le Canada le 19 janvier dernier, le nombre de dossiers à l'encontre d'Eric Dejaeger a augmenté. Il est maintenant accusé de 28 crimes sexuels commis sur des femmes et des enfants inuits entre 1978 et 1982. Il est également poursuivi pour zoophilie, soupçonné d'avoir eu des relations sexuelles avec un chien.

Le prêtre avait fui le Canada au milieu des années 90 pour se réfugier en Belgique, près de Louvain, afin d'échapper à un procès pour abus sexuels. Après un premier avis de recherche diffusé par Interpol en 2001, la situation avait subitement commencé à bouger il y a quelques mois, quand il est apparu que l'homme avait opté pour la nationalité canadienne. Il a été expulsé puisqu'il résidait en Belgique illégalement.