Le recteur de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), Didier Viviers, a décidé de mettre en oeuvre une instruction disciplinaire à l'encontre de Souhail Chichah. Ce dernier, membre du corps scientifique de l'ULB, a instigué l'action qui a conduit à l'interruption du débat sur l'extrême droite organisé mardi soir à l'université, a indiqué mercredi l'université dans un communiqué.

Le débat intitulé "L'extrême droite est-elle ou non devenue fréquentable? " a été perturbé à plusieurs reprises par un groupe de 40 à 60 personnes voulant dénoncer "l'islamophobie" de Caroline Fourest, l'une des invitées. Plusieurs personnes, vêtues de keffiehs et de burqas, ont scandé en boucle des slogans tels que "Burqua Bla-bla", empêchant la bonne tenue du débat. Celui-ci a finalement été interrompu par le modérateur, Guy Haarscher, et le recteur de l'université, Didier Viviers.

"Consterné et scandalisé par cette atteinte grave à la liberté d'expression dans une université pour qui le débat et le respect de l'autre sont des valeurs fondamentales, le recteur de l'ULB a décidé, dans le strict respect de la procédure prévue par les règlements de l'université, de mettre en oeuvre une instruction disciplinaire qui pourra amener Souhail Chichah devant la commission de discipline, seule compétente pour prononcer des sanctions disciplinaires majeures", précise l'ULB.

Souhail Chichah ne s'était pas caché de son intention d'organiser une manifestation dans le cadre de cette conférence, puisqu'il avait lancé un appel à une "Burqa Pride" sur les réseaux sociaux en fin de semaine dernière. Cet appel avait amené l'université à renforcer son service d'ordre, non sans avoir rappelé au préalable à l'assistant ses responsabilités en cas d'entrave à la liberté d'expression, précise l'ULB.

Vidéo de l'incident a été tournée par @gillesdej