Belgique

P

hilippe Van den Abeele dirige "Nieuw Pierke", un site Internet néerlandophone qui se veut aussi "un forum sur la démocratie". Et qui l’est puisqu’il est soutenu par un comité d’analystes de tous horizons qui vont de "thinktanks" aussi différents que le Manifeste "in de Warande", B-Plus, Nova Civitas, Demokratie.Nu ou encore WorkForAll

Bref, des groupes qui comptent au nord du pays (mais pas uniquement) et qui sur tous les grands thèmes politiques débattent de manière très ouverte sans a priori ou préjugés.

"Nieuw Pierke" - un hommage indirect au journaliste et poète gantois Richard Minne dont les "lettres de Pierke" marquèrent les années 1930 - estime, précisément dans une interpellation à "La Libre" que la presse francophone a examiné les récents soubresauts autour de certains décrets flamands trop exclusivement à travers les lunettes amarantes du FDF.

"Le son de cloche transmis aux lecteurs francophones distille des petites erreurs qui ne contribuent pas à la pacification des esprits en Belgique " Et Philippe Van den Abeele de nous préciser qu’"il n’est pas particulièrement partisan des mesures en question" mais "chacun doit pouvoir accéder à des informations correctes " Pour notre interlocuteur, "le décret "Wonen in eigen streek" ne concerne pas des conditions drastiques d’ancrage pour tous les terrains ou maisons des 69 communes, mais uniquement et déjà maintenant les seules zones d’extension d’habitat ("woonuitbreidingsgebied"). Dans ces zones, l’on n’autorise que la construction de maisons sociales ou des constructions en groupe. Cela ne concerne donc qu’une infime partie de l’offre immobilière, qui ne vise en aucun cas les pensionnés francophones aisés dont a parlé Kas Vander Taelen dans son papier du "Standaard". Je ne les vois pas acheter une petite maison sociale qu’ils ne pourraient pas davantage acheter à Namur ou à Ostende parce qu’ils sont trop aisés. Et donc dans ces 69 communes, tout le monde peut encore acheter un appartement ou une maison, qu’il parle francais ou chinois".

Où est dès lors le problème ? "La définition du décret est trop large - il a été mal rédigé comme tant de textes de loi dans ce pays - car il parle de terrains et de constructions réalisées alors qu’il visait seulement l’achat de terrains dans des nouvelles zones. C’est ça que Freya Van den Bossche veut modifier : définir dans le décret qu’il ne s’agit que de terrains dans de nouvelles zones. La vente de deux maisons, à la Côte et dans une commune de la périphérie dont "Le Soir "s’est emparé pour développer sa thèse préférée, soit prouver "le racisme de la Flandre", n’aurait pas été annulée si le décret avait été libellé comme il aurait dû l’être. Après modification, les non néerlandophones pourront toujours acheter en Flandre !"

Le responsable de "Nieuw Pierke" conteste aussi les freins que mettrait la Flandre à l’acquisition de logements sociaux : "Montrer qu’on est disposé à s’intéresser à la langue de la région facilitera le contact avec la société de logements". Et de conclure à l’adresse des partis flamands qu’"il faut cesser de faire assaut de flamingantisme mal placé qui noircit l’image flamande en Europe. Certaines règles idiotes doivent être supprimées "

www.nieuwpierke.be/forum_voor_democratie/