Le transfèrement de détenus de la prison de Verviers commencera début novembre, a-t-on appris auprès de l'administration pénitentiaire. La prison de Verviers, ou du moins ce qu'il en reste, doit être vide pour le 1er décembre de cette année afin d'achever la destruction de l'édifice. Il reste actuellement 58 détenus à la maison d'arrêt de Verviers qui avait été évacuée d'urgence en septembre 2011 pour des raisons de stabilité sur arrêté du bourgmestre Claude Desama. La destruction partielle de l'édifice s'est opérée dans la foulée de cette évacuation massive de 130 détenus.

La prison doit être vide pour le 1er décembre, les premiers déplacements des 58 prisonniers étant programmés début novembre.

La prison de Lantin accueillera la plupart des détenus verviétois, ce qui aura pour conséquence un jeu de dominos vers d'autres prisons dont celle de Marche-en Famenne qui prendra en charge une bonne partie des détenus liégeois devant trouver une nouvelle cellule.

La prison de Lantin servira également de lieu d'incarcération pour les personnes placées en détention préventive par les juges d'instruction de Verviers et d'Eupen.

Le sort de la soixantaine de gardiens encore actifs sur le site de Verviers a été réglé avec les organisations syndicales dans le cadre d'un protocole d'accord. Lors du transfèrement en urgence de septembre 2011, le personnel était parti en grève quatre jours pour dénoncer les conditions de ces changements d'affectation.

La plupart des gardiens reprendront du service à Lantin. Les établissements de Marche-en-Famenne et Andenne accueilleront aussi des ex-agents verviétois.

Une nouvelle prison d'une capacité supérieure

Lors d'une récente visite au palais de justice de Verviers, Servais Verherstraeten (CD&V), le secrétaire d'Etat en charge de la Régie des bâtiments, avait annoncé qu'une prison serait reconstruite à Verviers. Parmi les options sur la table du conseil des ministres, la reconstruction sur le même site avec une capacité supérieure. L'avenir de la prison de Verviers est actuellement discuté dans le cadre du MasterPlan III défendu par la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open Vld). Aucune décision politique n'a encore été prise sur le sujet mais la reconstruction d'une prison sur le même site avec une capacité supérieure semble être l'option la plus envisageable et celle envisagée par le gouvernement.

La prison de Verviers pouvait accueillir dans son ancienne configuration 191 détenus. Sa capacité avoisinait les 250 prisonniers. Il semble que l'on s'oriente vers ce chiffre en cas de reconstruction sur le site. "Nous devrons tenir compte de la superficie et des contraintes du terrain", rappelle l'administration pénitentiaire.

L'édifice qui existait depuis 1895 sera abandonné, d'après une source proche du dossier, pour faire place à un bâtiment central qui trouvera son prolongement via quatre ailes perpendiculaires au noyau central.

La destruction de l'actuelle prison, ou du moins ce qui l'en reste, s'effectuera en 2014 en attendant l'érection du nouvel édifice.

Il semble également que, comme pour les nouvelles prisons de Haren et Marche-en-Famenne, le financement via un partenariat public/privé soit privilégié.