D’un point de vue esthétique, il est préférable que les jeunes femmes revêtent une robe ou une jupe ainsi qu’un joli décolleté et les hommes un costume.” Ces consignes données par le secrétariat de la faculté pour la proclamation des futurs médecins belges ont provoqué un tollé sur la toile. 

L’extrait a été, au départ, posté sur la page Facebook ULB Confessions le 26 mai et a été partagé 653 fois depuis ce jour. La réaction de l’ULB a été rapide. Le doyen de médecine s’est excusé pour le “malentendu.” “Suite au mail que vous avez reçu récemment concernant la cérémonie de proclamation, je tiens à préciser que vous pouvez bien entendu porter la tenue de votre choix, pour autant qu’elle soit correcte et conforme à l’aspect solennel de cet événement unique dans votre vie. Que vous soyez garçon ou fille, nous souhaitons simplement qu’il y ait une certaine harmonie entre la toge portée à cette occasion et votre tenue.” Nulle part cependant dans sa réaction, le doyen parle de sexisme.

Antécédent

La polémique ne s’est pas arrêtée depuis. Elle s’est même amplifiée ce mercredi après la publication sur Facebook, par le Cercle féministe de l’ULB, d’un mail similaire datant de 2012. “Mesdames un joli décolleté et des jolies gambettes feront parfaitement l’affaire, cela dit, si vous n’avez pas eu le temps de passer chez l’esthéticienne, nous vous pardonnerons le port du pantalon”, pouvait-on y lire à l’époque. La communication du mois de mai n’était donc pas un cas isolé.

L’affaire a pris une telle dimension que le recteur de l’ULB, Yvon Englert, a envoyé un courriel ce jeudi matin à toute la communauté universitaire. Dans ce mail, le recteur qualifie “l’incident” de “sexisme ordinaire.” Il estime que c’est la faute de l’institution et non celle d’un “agent” en particulier. Yvon Englert met par ailleurs en exergue tous les engagements pris par l’université ces dernières années en matière d’égalité des genres et estime que l’expérience vécue permettra à l’institution d’avancer encore plus loin.

La pression médiatique forte a manifestement motivé la réaction des autorités de l’université. Le recteur le dit lui-même, “cela a été largement relayé sur les réseaux sociaux, puis par les médias.” Et pas n’importe quelle presse : BBC News, The New York Times, CNN, The Guardian, Huffpost, Le Parisien et Le Figaro sans compter la presse belge. Une polémique embarrassante au moment où le recteur tente justement de rendre l’université plus attractive auprès des étudiants étrangers, tout en augmentant le minerval pour ceux-ci.

Le mail envoyé par les autorités de l'ULB

© PRINTSCREEN


© PRINTSCREEN