Le Conseil ministériel restreint s’est accordé, mercredi, sur la mise en œuvre d’un plan visant à assurer progressivement l’exécution des peines, a indiqué le vice-Premier ministre Vincent Van Quickenborne (Open Vld). La question de la non exécution des courtes peines a été ravivée par l’affaire du porte-parole du mouvement islamiste radical Sharia4Belgium, Fouad Belkacem.

Mme Turtelboom avait affirmé, dimanche, que si la chambre du conseil d’Anvers (cela n’a pas été le cas) l’avait libéré et que le parquet n’avait pas fait appel, elle ferait en sorte qu’il reste au moins six mois en prison en purgeant une peine de six mois à laquelle il avait été condamné en avril 2011. Or, les courtes peines ne sont plus exécutées en Belgique. Cette sortie a entraîné de nombreuses réactions courroucées de juristes, qui estiment que Mme Turtelboom n’avait pas à réserver un sort particulier à M. Belkacem et a mis à mal la séparation des pouvoirs.

M. Van Quickenborne a assuré, mercredi, qu’il n’existait aucun doute sur le soutien du gouvernement à la ministre de la Justice. "Nous devons lui donner la possibilité de faire exécuter des peines de prison courtes, y compris dans d’autres dossiers", a-t-il affirmé. Le vice-Premier Vande Lanotte (SP.A.) a lui aussi affirmé que tout le gouvernement soutenait Mme Turtelboom. "A propos de l’exécution des peines elle-même, aucune discussion n’a été menée sur le fond. Cela ne peut être réglé en une demi-heure", a-t-il toutefois souligné. Selon Mme Turtelboom, cet examen aura lieu au cours des prochaines semaines. "D’ici la fin de la législature, il y aura davantage d’exécution des peines", a-t-elle assuré. On signalera que, mercredi, l’Inspecteur général français des prisons a suggéré qu’on n’exécute plus les peines inférieures à six mois, en France, pour désengorger les prisons.

Par ailleurs, la commission de l’Intérieur de la Chambre s’est mise d’accord sur une série d’auditions pour lancer le débat sur l’interdiction de groupes radicaux comme Sharia4Belgium. Elles se dérouleront la semaine du 26 juin. On attend, par ailleurs, un projet de loi de ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet (CDH) pour le le 22 juin.