Les douanes belges peuvent de moins en moins contrôler les biens qui entrent dans le pays ou en sortent, ressort-il de chiffres internes que De Tijd a pu consulter. Jusqu'à l'an dernier, les Douanes & Accises essayaient encore d'inspecter physiquement 1,3% (1 sur 76) des déclarations.

Ce chiffre est comparable à celui pratiqué dans les autres pays européens. Mais en raison d'un manque récurrent de moyens, la douane a dû le revoir à la baisse, à 11, % ou 1 déclaration sur 90.

Il semble cependant aujourd'hui que cette norme n'est plus soutenable. Sur les biens qui entrent dans le pays, à peine 1 sur 111 (0,9%) est contrôlé. Pour les exportations, le rythme de contrôle est d'une marchandise sur 256 (0,39%). C'est ce que confirme Francis Adyns, porte-parole du Service public fédéral Finances. Selon De Tijd, le risque de se faire coincer est devenu si faible que la Belgique est le maillon faible de l'Europe.

Le ministre des Finances Steven Vanackere débloquera 5 millions d'euros cette année pour les Douanes & Accises, indique son porte-parole.