Avant 18 ans. Dans plus de 40 % des situations de violences conjugales, un enfant a été témoin des actes commis sur un de ses parents, indiquent les résultats de l’enquête. Près de la moitié (48,8 %) des violences "graves" entre partenaires sont entendues ou vues par un enfant. C’est le cas de 43 % des situations "très graves". La probabilité pour les gamins d’être témoins de scènes de violence est fortement liée à la situation conjugale des adultes : elle varie de 38,4 % pour les cas de conjoints vivant toujours sous le même toit à plus de 50 % dans le cas d’anciens partenaires.

Un chapitre spécifique de l’enquête concerne les violences sexuelles subies avant 18 ans, qui méritent d’autant plus d’être envisagées à part qu’elles s’avèrent plus fréquentes que celles subies à l’âge adulte. La grande majorité des violences sexuelles avant la majorité sont le fait de proches ou de membres de la famille - surtout pour les femmes - mais il s’agit rarement du partenaire. Près de 9 % des femmes et 3,2 % des hommes qui ont répondu à l’enquête déclarent avoir subi des attouchements ou des rapports forcés avant 18 ans. An.H.