Le déséquilibre dans le partage des tâches familiales conduit à une inégalité des chances, souligne l'Institut. Le groupe de recherche TOR de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) s'est basé sur les données d'enquête de la Direction générale de statistique et d'information économique pour effectuer une analyse approfondie des différences entre les sexes au niveau de leur emploi du temps.

Une femme entre 19 et 65 ans consacre en moyenne 23 heures et 47 minutes par semaine au travail domestique. Soit près de 10 heures (9h55) de plus qu'un homme. Même au sein d'un couple où la femme a une activité professionnelle et l'homme pas, l'épouse passe encore en moyenne 3h40 en plus aux tâches ménagères que son compagnon.

Les conséquences de ce déséquilibre est qu'il reste peu de temps aux femmes pour faire autre chose. Chaque femme bénéficie ainsi chaque jour d'une heure de temps libre en moins qu'un homme. Les stéréotypes s'appliquent déjà dès le plus jeune âge, note encore l'Institut. Les adolescentes de 12 à 15 ans consacrent ainsi déjà un tiers de temps en plus que les garçons du même âge à leur travail scolaire et jouissent de 40 minutes de temps libre en moins.

L'étude démontre également que les aides ménagères rémunérées changent peu de chose à la répartition des tâches ménagères au sein du couple.