Il était dans le viseur de la justice depuis plusieurs mois : militant de l’ex-Sharia4Belgium (soi-disant dissoute), dont il était considéré comme l’une des figures marquantes, Jean-Louis Denis a été interpellé, lundi, à l’aube chez lui, à Ixelles, avec sa femme, pour son implication présumée dans la radicalisation de jeunes et dans l’organisation de leur départ vers la Syrie.

Entre 100 et 150 jeunes Belges combattraient toujours en Syrie, pour la plupart dans des groupes qui auraient fait allégeance à Al-Qaïda. Un certain nombre est parti avec les filières de Sharia4Belgium. En avril dernier, la justice est intervenue une première fois : l’enquête, menée à Anvers, visait le premier cercle autour de Fouad Belkacem, la figure de proue de Sharia4Belgium.

Jean-Louis Denis, sa femme et trois autres militants (dont un mineur de 17 ans), interpellés lundi étaient, eux, actifs à Bruxelles.

Jean-Louis Denis - connu aussi comme Jean-Louis le Soumis ou Abu Sarah - s’est converti à l’islam il y a huit ans. Il était désigné par les parents de deux adolescents scolarisés à l’Athénée Fernand Blum de Schaerbeek, comme l’homme qui les avait radicalisés et les avait convaincus de partir combattre en Syrie. On était alors le 4 avril, lors des vacances de Pâques.

Jean-Louis Denis avait fondé le "Restaurant du Tawhid". Tous les samedis, dans les environs à la gare du Nord à Bruxelles, il servait des repas aux démunis. Il s’occupait des hommes et son épouse des femmes. Il prêchait lors des repas. Il était aussi très actif sur Internet, postant notamment sur YouTube, ses prêches virulents contre l’Occident ou les actions de radicalisation qu’il menait aux sorties des mosquées.

Son prosélytisme avait conduit le bourgmestre de Schaerbeek à prendre un arrêté d’interdiction du "Restaurant du Tawhid". Jean-Louis Denis niait mollement être un recruteur, affirmant que "c’est Allah qui choisit son armée" .

Mais le parquet fédéral n’était pas dupe : pour lui, la radicalisation s’est opérée grâce à des prêches, des reportages vidéos, la diffusion de documentaires appelant au djihad, que ce soit sous le couvert des activités du "Restaurant du Tawhid" ou en dehors. Et Jean-Louis Denis et ses proches sont aussi impliqués dans l’aspect logistique des départs vers la Syrie.