Les professeurs de français de l'enseignement flamand éprouvent de plus en plus de difficultés à enseigner à certains élèves et pointent la N-VA du doigt, peut-on lire jeudi dans les quotidiens du groupe Sud Presse.

"Il ne faut pas exagérer ce phénomène, mais le nier serait contraire à la vérité", indique Raymond Gevaert, président de la section flamande de l'Association belge des professeurs de français. "Oui, nous entendons des remarques dans certaines régions, depuis un an et demi environ, tout comme nous essuyons des critiques parce que nous ne parlons que français pendant le cours. Même les parents s'en mêlent parfois."

Ce phénomène n'est pas uniforme, mais il est géographique: il est surtout vécu dans le Limbourg et en Flandre occidentale.

Dans le Limbourg cela s'explique par le nombre important d'élèves néerlandais qui fréquentent les écoles et ne voient pas l'utilité d'apprendre le français, alors qu'en Flandre occidentale, le phénomène est visiblement influencé par les succès électoraux de la N-VA et les propos tenus par certains de ses membres, explique-t-il.