À l'issue de notre grand concours d'orthographe, en collaboration avec le Projet Voltaire, les tendances se dessinent.

Les internautes de LaLibre.be ont été mis au défi durant une semaine, du 15 mars au 22 mars dernier. Au détour de ce grand concours, en collaboration avec le Projet Voltaire, plusieurs tendances se dessinent. Les participants devaient s'enregistrer soit comme "étudiants", soit comme "salariés". Ils devaient ensuite analyser 30 phrases parmi lesquelles se cachaient 1, 2, ou 3 fautes. En regard des résultats, les salariés réalisent un meilleur score global (67,3%) que les étudiants (59,8%). Le temps moyen passé par les participants au concours est de 10 minutes et 14 secondes alors que le temps moyen des lauréats est à peine de 4 minutes et 20 secondes. Le vainqueur du concours quant à lui réalise un sans-faute en 2 minutes et 50 secondes.

Que peut-on dire de ces chiffres? "Je suis agréablement surpris de ces résultats. On aurait pu s'attendre à un plus grand écart entre jeunes et salariés. Or, celui-ci ne s'élève qu'à 8%", détaille Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire, service en ligne de formation à l'orthographe. Pourquoi? "Car la maîtrise de l'orthographe passe par la formation et par le temps d'exposition à la langue française. Quelqu'un qui a 60 ans sera plus exposé à l'orthographe qu'un jeune de 18 ans. Il est donc très probable que cet écart s'exprime par l'exposition à la langue française. C'est donc plutôt une bonne nouvelle", poursuit-il. Toutefois, il est peu prudent d'assimiler ces chiffres à l'ensemble de la population, puisque le concours était réalisé sur base volontaire. "Les étudiants qui ont un meilleur niveau sont plus facilement tentés par ce genre de concours. Il est donc difficile d'extrapoler", explique-t-il.

L'intérêt de ce type de concours est double. "Il permet d'une part d'apprendre en s'amusant et d'autre part de montrer qu''il existe une réelle marge de progression", souligne Pascal Hostachy.

D'autant que, dans la société actuelle plus que jamais, le fait de maîtriser les règles orthographiques et grammaticales revêt une importance considérable. Perte de crédibilité, jugement négatif, candidature rejetée sont autant de conséquences qui peuvent découler d'une mauvaise pratique de la langue écrite. "On communique énormément par écrit dans les entreprises. Communiquer avec des fautes, c'est synonyme d'une mauvaise image pour le collaborateur et pour la marque. Les recruteurs sont très sensibles à l'orthographe des candidats. Les CV qui contiennent des fautes sont très rapidement rejetés", analyse le responsable du Projet Voltaire.

Quelles sont les erreurs les plus fréquentes?

À votre avis, quelles sont les fautes les plus fréquemment commises? Le cofondateur du Projet Voltaire nous aiguille: "Les bêtes noires de l'orthographe sont les verbes en "é", "er", "ez" et les accords du participe passé. Les mots compliqués, composés par exemple de doubles consonnes, sont moins souvent égratignés puisque les correcteurs orthographiques les repèrent aisément."

Vous l'avez compris, le meilleur moyen de progresser en orthographe, c'est de s'exercer..

Les vainqueurs du concours sont:

TOP 3 toutes catégories :

1) Cavit Yurt avec un score de 100% en 2 minutes et 50 secondes

2) Pierre-André Léonard avec un score de 100% en 3 minutes et 50 secondes

3) Camille Mortiaux avec un score de 100% en 3 minutes et 54 secondes

TOP 3 salariés :

1) Cavit Yurt avec un score de 100% en 2 minutes et 50 secondes

2) Pierre-André Léonard avec un score de 100% en 3 minutes et 50 secondes

3) Xavier Gaudisaubois avec un score de 100% en 4 minutes et 05 secondes

TOP 3 étudiants :

1) Camille Mortiaux avec un score de 100% en 3 minutes et 54 secondes

2) Florine Dupont avec un score de 100% en 7 minutes et 13 secondes

3) Jade Malcom avec un score de 97% en 4 minutes et 06 secondes