Les petits auditoires font parfois les grands débats. Hier, c’est dans une auberge de jeunesse bruxelloise que quatre jeunes pousses de la politique étaient mises "sur le grill", selon l’intitulé de la soirée. 20h15 : le modérateur de la passe d’armes entre les quatre candidats MR, PS, Ecolo et CDH lance les discussions avec un sujet lourd : la scission de l’arrondissement électoral et judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde, réclamée par la Belgique flamande.

"Nous ne sommes demandeurs de rien, s’il y a scission, il faut l’élargissement de Bruxelles", attaque David Weytsman (4e suppléant MR à la Chambre sur BHV). O.K., mais "il faudra trouver un compromis, on n’a pas intérêt à lancer des ukases et des diktats si on veut éviter le blocage du pays", réplique Gilles Vanden Burre (5e effectif Ecolo à la Chambre, également pour BHV). "Dans notre programme, il y a par exemple l’idée d’une communauté urbaine, avec le principe d’une collaboration entre Bruxelles et les deux Brabants." "Personnellement, ces revendications flamandes me choquent en tant que jeune", place Rodolphe Sagehomme, 1er suppléant au Sénat pour le CDH. "Mais il faut tenir bon et nous devons mettre des choses sur la table, dont l’élargissement de Bruxelles." Pour le PS, Grégor Chappelle (18e sur la liste à la Chambre sur BHV) rappelle ensuite que, même si il faut défendre les francophones de la périphérie, un accord sur le refinancement de Bruxelles est une condition pour voir les socialistes entamer les négociations qui s’annoncent. "Ce que disent PS et Ecolo me choque. Si vous proposez autre chose, c’est que vous ne voulez pas vraiment de l’élargissement de Bruxelles", répond, outré, David Weytsman. On ne vend pas les droits des francophones." "Il ne s’agit pas de vendre mais de rendre une justice vis-à-vis des Bruxellois. Il faut un retour des profits que génère Bruxelles pour le pays", relance Grégor Chapelle. Le débat embraye ensuite sur le socio-économique et les intérêts notionnels. Là encore, les divergences se marquent plus franchement entre PS et MR. Allez, il reste trois jours de campagne.