Vous êtes au volant de votre véhicule et vous recevez un appel téléphonique. Cool. Vous êtes équipés d’un kit mains libres et il ne peut rien vous arriver. Erreur.

L’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) vient de mener un test montrant qu’un conducteur qui téléphone au volant regarde deux fois moins les signaux routiers au cours de son trajet. Il porte aussi nettement moins d’attention aux autres usagers de la route.

Téléphoner au volant incite par ailleurs les automobilistes à rester, sans s’en rendre compte, sur la bande du milieu.

Lunettes révolutionnaires

Le test mené par l’IBSR l’a été à l’aide de lunettes révolutionnaires enregistrant tous les mouvements des yeux pendant une conversation téléphonique. Les volontaires devaient parcourir un trajet de plus de 25 km sur l’E17.

L’étude a montré qu’ils étaient moins attentifs à certains aspects pertinents dans la circulation, tels que les autres usagers et les signaux routiers. Ils regardaient moins les panneaux dans une proportion de 44 % et moins les autres véhicules dans une proportion de 28 % lorsqu’ils répondaient à l’appel que lorsqu’ils n’étaient pas en conversation téléphonique.

En outre, ils regardaient moins souvent et moins longtemps dans leur rétroviseur de gauche et roulaient davantage sur la bande du milieu.

Si les chercheurs n’ont pas constaté d’impact majeur sur la vitesse des conducteurs, une personne a néanmoins été flashée au cours du test et trois autres ont raté la sortie qu’elles devaient emprunter alors qu’elles étaient en pleine conversation téléphonique.

Il est difficile de quantifier les risques du GSM au volant et les estimations varient d’une étude à l’autre, relève l’IBSR, mais la Fondation néerlandaise pour l’étude scientifique de la sécurité routière (SWOV) estime qu’un conducteur qui téléphone au volant court 3 à 4 fois plus de risques, que le conducteur utilise ou non un kit mains libres.

Une sorte de bulle

Même avec un tel dispositif, la conversation téléphonique perturbe la concentration. Et le niveau d’attention accordé à la conduite diminue.

Bref, la conversation téléphonique crée une sorte de bulle qui sépare totalement certains conducteurs de leur environnement, ce qui leur fait commettre des erreurs importantes.

Pourtant, en dépit de ces constatations, une étude de l’IBSR a récemment montré que 40 % des Belges ont téléphoné avec un kit mains libres au cours de l’année écoulée.