Pour le ministre, cette nouvelle réglementation qui déforce grandement l'agriculture biologique, est en totale contradiction avec les objectifs wallons de développement d'une "agriculture basée sur des liens de confiance forts entre producteurs et consommateurs et sur des produits de haute qualité".

Benoît Lutgen a rappelé mercredi que dès les premières discussions en décembre 2006, il avait refusé la proposition de la Commission européenne, et que lors du Conseil des ministres de juin 2007, il avait demandé à la délégation belge d'exprimer un vote défavorable tout comme l'Italie, la Grèce et la Hongrie. En dépit de cette opposition, l'Europe a adopté son nouveau règlement.

Cependant, cette décision européenne ne remet pas en question les positions que le ministre de l'Agriculture et de l'Environnement défend en Région wallonne, a insisté Benoît Lutgen. Celui-ci a souligné qu'il resterait inflexible dans son combat contre la culture des OGM, pour assurer l'avenir d'une agriculture wallonne de qualité à taille humaine, traditionnelle et biologique, et préserver la liberté de choix du consommateur.