Les réactions des partis flamands

Belgique

Belga

Publié le - Mis à jour le

Le député-bourgmestre de Gooik, Michel Doomst (CD&V), s'est réjoui du vote intervenu mercredi. Ce n'est pas un simple vote symbolique, a-t-il dit. Après des années de tergiversations, un vote est enfin intervenu.

Selon lui, l'échec des négociations au sein de l'orange bleue sur BHV n'est pas imputable au CD&V. Les Francophones ne doivent pas être surpris de ce qu'ils récoltent, c'est une question de respect des Communautés, a-t-il dit.

Du côté de la N-VA également, on est aux anges. Les nationalistes flamands regrettent qu'il ait fallu passer par un vote en Commission faute de consensus en négociations, a indiqué le porte-parole du parti. La N-VA plaide à l'instar de son partenaire de cartel, le CD&V, en faveur de la poursuite des discussions au sein de l'orange bleue. Selon le député nationaliste Jan Jambon, qui reconnaît que l'institutionnel est postposé, il importe aussi d'avoir un important volet socio-économique dans l'accord de gouvernement.

Du côté de l'Open Vld, ce n'était guère l'euphorie. Bart Tommelein et Luk Van Biesen ont regretté qu'aucun accord n'ait pu intervenir au sein de l'orange bleue. "Ce n'était pas possible", ont-ils dit. Bart Tommelein a indiqué que le vote intervenu mercredi était "très symbolique" vu que les Francophones allaient user de toutes les ficelles possibles pour retarder la discussion.

Dans la potentielle future opposition, le député Hans Bonte (sp.a) a qualifié le contexte dans lequel est intervenu le vote de mercredi de pièce de théâtre amateur. Grâce à la sonnette d'alarme ou au conflit d'intérêt, le dossier BHV est repoussé d'une demi-année au moins alors que le CD&V a toujours dit qu'il ne fallait que cinq minutes de courage pour trancher, a-t-il dit. Enfin, Groen! , qui s'est abstenu, a souligné que le vote intervenu mercredi n'était pas de nature communautaire.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous